Mon approche

De la peinture et de la sculpture


Pour moi, peindre c'est saisir l'instant et le faire revivre selon mes propres sentiments. Oui, saisir l'instant magique quand le ciel devient de plus en plus foncé et que les façades des maisons paraissent alors plus claires ou quand un rayon de soleil printanier illumine soudainement un champ.
Toutes ces images je les capte, je les garde précieusement et les laissent rejaillir après un long mûrissement intérieur. mais peindre, c'est aussi raconter des histoires et faire rêver le spectateur. Outre le paysage, la nature morte ou la figure, j'apprécie tout particulièrement d'aborder des thèmes qui peuvent parraître insolites mais qui me touchent, par exemple: les gares, les ports, les usines.
Afin de pouvoir m'exprimer pleinement, je recours volontiers au dessin que j'associe au merveilleux langage des couleurs et au rapport qui se créé entre elles. Ainsi, je peux jouer à l'infini et donner une interprétation très personnelle du sujet. Et surtout, il y a la couleur en tant que matière. Il faut la sonder, la travailler sans relâche. Oser aller à l'intérieur de celle-ci jusqu'à s'y perdre. Sans craindre l'impasse, se laisser guider par son instinct le plus profond. Ne jamais se rendre. A un moment, la bataille se transforme en partage, en échange avec la matière et l'acte de peindre prend alors sa pleine dimension.

Pour ce qui est du processus créatif, je pense que là aussi tout se joue dans la communion qu'il y a entre mes propres émotions et celles de l'extérieur. C'est certainement grâce à cette interaction que naissent mes toiles. Au-delà du sujet, de la matière, c'est le ressenti et l'émotion qui me donnent la force et le rythme nécessaire à la création de mes toiles. Si cette alchimie ne fonctionne pas, j'ai le sentiment que l'oeuvre ne respire pas, qu'elle ne vit pas. A ce niveau là, je ne suis qu'un relais dans la chaîne de création et ma seule volonté ne suffit pas. Au contraire, il faut lâcher prise et reprendre humblement sa place d'être humain en se mettant au diapason avec l'univers.

En ce qui concerne la sculpture, si les matériaux utilisés sont évidemment différents de la peinture, ma démarche artistique en revanche reste identique. Je dirais même que grâce à la sculpture je suis plus proche de la matière. Je la sens, je la touche et je vibre avec elle. Pour moi, il est essentiel en sculpture de donner la priorité aux matériaux. J'essaie d'intervenir le moins possible car je pense qu'il y a une telle richesse dans une pierre, un bout de brique ou un bout de fer que mon intervention en devient presque superflue. Cette approche m'oblige ainsi à mettre l'accent sur la force qui se dégage du matériau afin de faire vivre l'objet par sa seule identité. Mon rôle, autrement dit, est celui de pemettre à l'objet de se révéler.

Contact

  • Pierre-Alain Michel
  • Rue des Pèlerins 39
  • CH - 2800 Delémont
  • +41 (0)32 422 97 45